vendredi 7 décembre 2012

Ceci n'est pas une piste cyclable.

L'un des aménagement les plus intéressants et les plus attendus par les cyclistes a permis en 2012 de relier le bord du canal au Pont et à l'Avenue des Minimes. Malheureusement, il sert déjà de stationnement sauvage alors qu'il est situé à quelques mètres de l'hôtel de police. Ceci n'est qu'un exemple. La gare Matabiau en est autre. Et ne parlons pas des trottoirs longeant nos écoles transformés en parkings où les enfants risquent d'être blessés par les manoeuvres de parents d'autres enfants…

Alors, pourquoi un tel "jemenfoutisme" de la part des autorités ? Peut-être parce que le stationnement sur trottoir ou voie cyclable est une pratique courante des policiers en intervention, qu'ils ont par conséquent du mal à verbaliser. En tous cas, voilà réduit à néant un investissement utile dans les mobilités durables.

A l'heure où notre espace public est engorgé, notre air pollué et notre climat déréglé, il serait temps que nos policiers se mobilisent enfin pour faciliter la vie de celles et ceux qui se déplacent sans polluer. Il serait temps qu'ils donnent tout simplement l'exemple. La police elle aussi a un rôle à jouer en matière d'écologie.


9 commentaires:

Aurélien Soulier a dit…

Bonjour Monsieur Goirand,

Je suis complétement d'accord avec votre constat alarmant sur la considération de la population automobiliste toulousaine a l'égard de celle des cyclistes.

Je prends la plupart des jours mon vélo pour me rendre à mon travail et je suis atterré par le comportement de certains automobilistes.

Il existe des pistes cyclables sur trottoir près de mon domicile. Celles ci sont souvent utilisées pour le stationnement. Il m'est arrivé d'interpeller une automobiliste venant de se stationner illégalement. Celle ci m'a répondu qu'elle habitait à côté. Il est d'ailleurs vrai que sur mon trajet se sont toujours les mêmes véhicules qui sont stationnés. Je pense que si ces automobilistes recevait plusieurs jours de suite des PV, il ne se stationneraient plus de cette manière.

Vous êtes élus municipal et il me semble que c'est la police municipale sous la responsabilité de la municipalité qui a en charge la répression de ces comportements. En conséquence, quelles sont les actions que votre municipalité va mettre en œuvre pour renforcer cette répression?

Un autre souci sur les pistes cyclables toulousaines sont la façon de les concevoir. De mon avis, la création de bande cyclables devraient être préférées à la création de piste cyclable sur trottoir et ceci pour 2 raisons:
- pour la sécurité: lorsque un automobiliste sort d'une résidence, il avance son véhicule jusqu'au bord du trottoir, coupant la route des cyclistes.
- pour le gain de temps: la première raison fait que l'on roule moins vite. De plus ces pistes cyclables ne sont continues et à chaque fin de piste, la réinsertion sur la chaussée normale ne se fait pas aisément.

Aurélien Soulier a dit…

Bonjour Monsieur Goirand,

Je suis complétement d'accord avec votre constat alarmant sur la considération de la population automobiliste toulousaine a l'égard de celle des cyclistes.

Je prends la plupart des jours mon vélo pour me rendre à mon travail et je suis atterré par le comportement de certains automobilistes.

Il existe des pistes cyclables sur trottoir près de mon domicile. Celles ci sont souvent utilisées pour le stationnement. Il m'est arrivé d'interpeller une automobiliste venant de se stationner illégalement. Celle ci m'a répondu qu'elle habitait à côté. Il est d'ailleurs vrai que sur mon trajet se sont toujours les mêmes véhicules qui sont stationnés. Je pense que si ces automobilistes recevait plusieurs jours de suite des PV, il ne se stationneraient plus de cette manière.

Vous êtes élus municipal et il me semble que c'est la police municipale sous la responsabilité de la municipalité qui a en charge la répression de ces comportements. En conséquence, quelles sont les actions que votre municipalité va mettre en œuvre pour renforcer cette répression?

Un autre souci sur les pistes cyclables toulousaines sont la façon de les concevoir. De mon avis, la création de bande cyclables devraient être préférées à la création de piste cyclable sur trottoir et ceci pour 2 raisons:
- pour la sécurité: lorsque un automobiliste sort d'une résidence, il avance son véhicule jusqu'au bord du trottoir, coupant la route des cyclistes.
- pour le gain de temps: la première raison fait que l'on roule moins vite. De plus ces pistes cyclables ne sont continues et à chaque fin de piste, la réinsertion sur la chaussée normale ne se fait pas aisément.

Aurélien Soulier a dit…

Bonjour Monsieur Goirand,

la verbalisation de ce genre de comportement est, il me semble, à la charge de la police municipale, sous la responsabilité du maire.

En conséquence, quelles sont les actions que votre groupe souhaite mettre en place afin que ce genre de comportement soit plus souvent verbalisé?

Aurélien Soulier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Mélo a dit…

Tout à fait d'accord avec vous
Mais la police qui ne verbalise pas mêm la municipale c'est du vécu dans ma rue Quand on les appelle pour un véhicule qui stationne sur le passage piéton où mon mari non voyant et nombre d'enfants traversent e ils ne veulent pas verbaliser"vous comprenez ça va lui couter cher..."mais mon mari lui se cogne c'est pas grave...
Et la non verbalisation quand un automobiliste prend un sens interdit sous les yeux de la police c'est du vécu...

marco a dit…

Bonjour,

fervent utilisateur du velo depuis de nombreuses années à Toulouse,
je vous confirme que la police utilise elle-meme les pistes cyclables pour se garer,
que ce soit pour verbaliser les automobilistes, pour acheter des clopes ou des sandwich.

Pour ma part, devant l'inadaptation du code de la route pour les cyclistes en ville, le squattage des pistes cyclables par les voitures, et la non reconnaissance d'une attitude citoyenne,
je m'assois joyeusement sur l'interdiction de passer sur les trottoirs, n'en déplaise à ces mêmes "autorités" dont vous parlez.

J'y roule extremmement lentement et prudemment, beaucoup plus que certains gendarmes VTTtistes
qui avaient l'habitude de rejoindre le commissariat en passant à 20hm/h sur le trottoir du pont des minimes,
avant que l'amenagement dont vous parlez ds votre blog ne soit mis en place (j'ai habité pile devant ce trottoir pendant 3 ans).

Donc, jemenfoutisme des autorités certes,
mais ne faudrait-il pas aussi se poser des questions sur la pertinence de ces tracés au sol
par rapport à de véritables pistes cyclables protégés ?
Ce que vous decrivez (automobilistes garés sauvagement sur les pistes)
est malheureusement la règle plus que l'exception et c'est effectivement TRES dangereux pour les cyclistes.

Merci pour votre post en tt cas, qui fait bien plaisir!

marco a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
marco a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Philippe Goirand a dit…

Merci pour es commentaires. La verbalisation est la responsabilité de la police municipale et de la police nationale. Mon coup de gueule vient surtout du fait que nous étions à 200 m de l'hôtel de police (nationale) et que le nombre passages de la police nationale était forcément fréquent.
Concernant la mission de la mairie, de la police municipale, voire des élus écologistes. La police municipale a de nombreuses missions et l'effectif n'est clairement pas suffisant pour verbaliser tous les stationnements illicites. Cependant, je pense qu'un message politique plus fort pourrait être adressé par la mairie, afin de verbaliser systématiquement le stationnement sur trottoir ou voie cyclable. Nous, élus écologistes, n'avons pas la responsabilité de la sécurité (tout en étant solidaires de l'action municipale). Donc, notre action, en tous cas la mienne, se limite à sensibiliser l'élu référent et les responsables de la police municipale, voire à pousser de temps en temps des coups de gueule médiatiques...