vendredi 5 décembre 2014

Ségolène et le vélo dans "On n'est pas couché" : insomnie pour les cyclistes

Plus de 150 personnes aiment "Offrons des petites roues à Ségolène" mais nous devons être bien plus pour espérer que notre ministre de l'égologie nous entende... Merci de liker et de partager...

De nombreux sujets abordés lors de l'émission "On n'est pas couché" (qui a déclenché la "mobilisation" pour "aider" Ségolène) avec des journalistes plutôt pointus et des points de vue... étonnants de notre ministre de l'envie de ronronnement.



Pas de problème pour énoncer des généralités, par exemple nos objectifs de réduction des émission de gaz à effet de serre (justifiant au passage son immobilisme en matière de nucléaire). Ségolène Royal est plus "légère" sur Sivens quand on apprend que Delphine Batho avait suspendu avant elle les projets de barrage (début de la vidéo). Ils ont donc été relancés à son arrivée...
Elle est plus convaincante pour arrêter l'usine à gaz Ecomoov (8') et enquêter sur les conditions d'attribution de ce marché par l'ancien gouvernement.

Mais alors que Philippe Geluck tente de lui expliquer très sérieusement les bienfaits du vélo urbain (18'), c'est la chute, le café du commerce, la rigolade grasse : "le vélo est dangereux à cause des voiture, elle a peur de tomber, faisons des journées sans voiture" (ça existe déjà...). Notre insoutenable ministre de la croissance mûre n'a pas compris que les mobilités actives sont un moyen majeur de lutter contre le réchauffement climatique et la pollution urbaine.

Ségolène Royal n'est guère meilleure sur les autoroutes gratuites le week-end. Elle veut négocier une file pour les covoitureurs avec les sociétés d'autoroutes. Celle de droite ou de gauche ;-) ?

Madame Royal, la voiture électrique ne suffira pas à atteindre nos engagements en matière d'écologie. Après avoir pris des cours en vélo-école et compris ce qu'est la mobilité durable, peut-être vous demanderez-vous ensuite s'il est possible de démanteler une centrale nucléaire et comment faire avec tous ces déchets radioactifs. Mais rien ne presse semble-t-il...

mercredi 3 décembre 2014

Offrons des petites roues à Ségolène



Ségolène Royal nous dit "quand il y a beaucoup de voitures, le vélo est dangereux". Offrons-lui des petites roues en participant à la page Facebook "Offrons des petites roues à Ségolène".

Non Madame Royal, le vélo n'est pas dangereux quand on sait s'en servir. Et pour les gens comme vous qui ne savent pas rouler à vélo, il y a des vélo-écoles.

Et le danger vient d'abord des voitures, responsables dans 70% des accidents confrontant vélo et voiture. Il vient aussi des 2 roues motorisés que nos pouvoirs publics s'obstinent à confondre avec les vélos. Il vient de nos villes dont l'essentiel de l'espace public est réservé à l'automobile.

En 2013, nous comptons en France, pour 3268 tués sur la route 49% en voiture, 24% en 2 roues motorisé, 14% à pied et 4% à vélo. Rapporté à l'utilisation, le vélo n'est guère plus dangereux que la voiture et très largement moins que le 2 roues motorisé.

Le danger vient de nos émissions de gaz à effet de serre qui compromettent l'avenir de l'humanité. Il vient de la pollution urbaine, des particules fines des moteurs diesel qui font 42 000 morts par an en France.

Alors Madame Royal, si vous voulez enfin faire quelque chose pour notre environnement, notre planète, merci de comprendre que les mobilités actives (marche, vélo, rollier, trottinette...) sont des moyens sérieux d'atteindre nos objectifs environnementaux, efficaces et peu chers pour la collectivité.

Merci de comprendre qu'il ne tient qu'à vous de mettre en oeuvre une politique ambitieuse et réaliste pour les mobilités actives en France. Il ne tient qu'à vous que les aménagements cyclables soient financés afin que même des gens comme vous puissent faire du vélo en ville sans se sentir en danger, confortablement et avec plaisir.

dimanche 16 novembre 2014

Transports : urgent d'attendre ou d'agir ?

Mon dernier billet sur les transports dans Le Journal Toulousainhttps://www.lejournaltoulousain.fr/opinions/transports-urgent-dattendre-ou-dagir-36240

Un collègue chroniqueur ultra libéral s'y insurge de mon côté "écologiste bien pensant" et ne supporte pas ma référence au réchauffement climatique. Ce constat est en effet une insulte  à toute vision prônant la liberté totale des individus et la fin de toutes régulations. Sans doute devrait-il se plaindre à  notre athmosphère qui n'a vraiment rien compris à l'économie...

Extrait de ma réponse :

"Je vous rejoindrai sur votre affirmation que “l’économie est soumise aux lois naturelles” ... Mais je crains que nous ne donnions pas le même sens au mot “naturel”. Alors effectivement, des sociétés, des espèces animales fonctionnent en suivant “la loi du plus fort”. J’ai la faiblesse de penser que ce n’est pas le seul modèle viable et que d’autres, qui cherchent un équilibre et une régulation entre une diversité de pouvoirs et d’intérêts, sont plus souhaitables. Et pour reparler de “lois naturelles”, je trouve plus pertinents les quelques économistes qui cherchent à mesurer le coût économique de nos dégâts environnementaux, ou qui pensent que la croissance ne peut pas durer dans un monde aux ressources finies, que ceux, libéraux ou keynésiens, qui continuent à ne jurer que par l’augmentation de notre PIB jusqu’à l’indigestion finale."

mardi 7 octobre 2014

Liberté, égalité, fraternité, vélo

Mon dernier billet dans le Le journal Toulousain. Je m'y lâche un peu sur les automobilistes... c'est pour la bonne cause, face à une municipalité qui "oublie" de tracer une bande cyclable sur un axe structurant comme la rue du Fbg Bonnefoy. Tous à la manif pour les modes actifs samedi 11 octobre à 10h30 place du Capitole !

http://www.lejournaltoulousain.fr/opinions/liberte-egalite-fraternite-velo-35367

liberté, égalité, fraternité, vélo

Interminable train de marchandises

Une vidéo édifiante pour celles et ceux qui penseraient (comme beaucoup en France)  que le fret ferroviaire n'a pas d'avenir...


jeudi 4 septembre 2014

Croissance : la grande illusion

Croissance ou décroissance ? Pourquoi nous poser la question puisque de toute façon, la croissance s’arrête (du moins dans les pays “développés”). J’ai récemment eu un échange “contradictoire” avec un prof d’économie sur le sujet. A l’écouter, l’économie peut presque se résumer à la recherche de la croissance…

La suite ici : http://www.lejournaltoulousain.fr/opinions/croissance-la-grande-illusion-34064


samedi 21 juin 2014

Dernières compositions

Après quelques années de politique où je n'ai pas voulu mélanger les genres, je ressens un grand besoin de musique et de moeurs adoucies ;-)... Cette année, mon cadeau d'anniversaire, c'est donc de partager ces quelques chansons : de la pop music en français ou anglais, composée, enregistrée et mixée dans mon "home-studio" à Toulouse. J'espère que vous apprécierez. Les commentaires, critiques sont bienvenues, le but étant bien d'avoir un retour, quel qu'il soit.

Je travaille essentiellement avec l'application de MAO* Ableton Live sur Mac associée à une flopée de "plug-ins", des programmes reproduisant de nombreux synthés, instruments et périphériques audio. Citons par exemple la modélisation de piano Panoteq ( de Modartt, société toulousaine - https://www.pianoteq.com ). Un piano  numérique Yamaha me sert de clavier maître. J'ai une guitare folk Lag et une "Guitar collection" électrique. Pour la prise de voix, j'utilise un Audio Technica AT4033 associé à un préampli Golden Age Pre-73 ou un Joemeeq SixQ.




*Musique assistée par ordinateur.

jeudi 19 juin 2014

Apéro politique de Radio Axe Sud

Podcast de "L'Apéro politique" de Radio Axe Sud : https://soundcloud.com/radio-axe-sud/lapero-politique-du-19-juin-2014-sur-radio-axe-sud?in=philippe-goirand/sets/velo

Menu : 2 débats - "La fin du bipartisme" avec Philippe Goirand (Nouvelle Donne) et Francis Manaud (Debout la République). Quelques thèmes lors de ce débat : renouveau de la politique, 6ème république, FN, cumul des mandats... et bien sûr Nouvelle Donne .

mercredi 21 mai 2014

Le vélo, mode de déplacement rafraîchissant

Le réchauffement, on en parle, mais pour faire quoi ? Les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter... Si rien n'est fait, c'est un réchauffement climatique de +4° que nous devons attendre, avec des conséquences imprévisibles pour notre planète et pour l'humanité.

Le développement des alternatives à la voiture individuelles ne doit pas attendre. C'est maintenant qu'il faut agir et même amplifier nos actions. La moitié des trajets effectués en ville font moins de 5 km. Le vélo est la réponse pour ces trajets, une réponse pour un parcours plus rapide, pour une meilleure santé, pour plus d'économies (pour chacun et pour la collectivité), pour plus de plaisir dans nos déplacements aussi…

Favoriser la marche et le vélo, c’est agir à court terme dans nos villes, alors que les projets de transports qui ont alimenté le débat des municipales sont des projets de long terme.

Le congrès national "Génération vélo" organisé par la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette - http://www.fubicy.org/ ) s'ouvre vendredi à Toulouse. L'occasion de parler de l’ensemble des mobilités actives. L’occasion de parler de nos enfants qui subiront le changement climatique et qui ne demandent pas mieux que de se déplacer à pied ou à vélo, pour peu que nous leurs rendions la ville sécurisée et accessible.



mardi 29 avril 2014

Nouvelle Donne à Toulouse.

Salle du Sénéchal comble hier soir pour la réunion Nouvelle Donne Midi-Pyrénées en vue des élections européennes du 25 mai. L'occasion d'un échange à battons rompus entre nos candidats, Joseph Boussion, Sylvie Justome, Dominique Saitta, Sophie Touzeris...

Fier de nos idées et de nos candidats : www.nouvelledonne.fr


mardi 22 avril 2014

Carlos Ghosn, petit roi de la petite reine ?

«Réduire la vitesse de 10 km/h créerait 100 000 chômeurs de plus», voilà ce qu'on lit dans cet article de Libé... : http://www.liberation.fr/societe/2014/04/22/bataille-de-chiffres-autour-des-limitations-de-vitesse_1002200

J’aimerais bien connaître le détail de ce calcul. D'autant qu'on nous explique plus loin - et là, c’est autrement plus plausible - que le passage d'une limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur route épargnerait chaque année 450 vies. Toutes ces vies sauvées et ces milliers de blessés évités équivaudraient donc à 100 000 emplois ? Et de quels emplois parle-t-on ? D’emplois seulement justifiés pour panser les plaies de la route ? Des emplois publics, donc. Il m'avait semblé entendre que nous avions trop de fonctionnaires…

A moins que ces gens insinuent que la baisse de la vitesse automobile serait la cause de la diminution des emplois dans la filière automobile… Bizarre, quand on sait que la production française a chuté de 30% entre 2002 et 2008, sans baisse des limitations de vitesse !

Et quand on lit plus loin que «La route rapporte 37 milliards d’euros par an à l’Etat, notamment par les taxes sur les carburants, mais il ne dépense que 17 milliards pour la route.»… Et pour soigner les blessés, les malades de la pollutions, l’état dépense combien ?

Un autre chiffre me semble autrement plus sérieux. Un cycliste fait économiser à la collectivité 1000 € par an, parce qu'il ne pollue pas, coûte autrement moins cher en infrastructures, nous garde en meilleure santé et entretient notre pouvoir d'achat... Alors, quand Carlos Ghosn va-t-il enfin se décider à fabriquer des vélos ? ;-)

jeudi 3 avril 2014

Dernier jour comme conseiller municipal

Aujourd'hui, dernier passage à mon bureau d'élu et probable dernière signature du parapheur. Discussion un peu émue avec Marie-Cécile et Sylvie, qui assuraient le secrétariat (partagé à 3 élus). Récupération de quelques documents et voilà... Ma fonction de conseiller municipal s'arrête officiellement à minuit. Celle de conseiller communautaire durera encore 3 semaines jusqu'au prochain conseil communautaire. L'heure est aux questions personnelles. Rebondir. Essayer de donner une touche définitive à quelques compositions. Mais la politique est toujours là. Demain, j'assisterai au nouveau conseil municipal de Toulouse. Pas par masochisme ni par addiction. Simplement parce que l'arrivée d'une nouvelle équipe municipale est un moment important de notre collectivité. Bonne chance à Jean-Luc Moudenc et à son équipe, bon courage aux élus d'opposition. Ce serait bien si les conseils municipaux étaient moins occupés par des affrontements personnels, déjà pour passer plus de temps sur les délibérations...

vendredi 21 mars 2014

Pour un espace public (et politique) apaisé ;-)

Ayons d'abord en tête notre volonté commune (à la gauche et à tous les écologistes) d’une ville exemplaire en matière de « Vivre ensemble » au présent comme au futur. Régis Godec nous dit "choisissez l'original à la copie". Moi je dis "l'écologie est déjà dans notre bilan et dans notre projet avec Pierre Cohen 2014". Ces deux propositions sont respectables.

Et quand EELV distribue au cours de la manif Deux pieds deux roues Toulouse un tract disant "Mon vélo vote écolo", acceptez que je réponde qu'en matière de politique vélo, l'"original", il est peut-être déjà sur la liste de Pierre Cohen.

L’exercice de la démocratie peut être dur. Il s’est comme souvent exhacerbé ces derniers jours.
Après 6 ans de mandat, nous savons toutes et tous à quel point il est compliqué de changer les mentalités et les comportements, dans un environnement complexe humainement, techniquement, administrativement… Nous savons l’injustice des attaques dirigées vers des élus qui se sont bougés, qui n’ont pas compté les heures d’engagement.

Ne nous trompons pas d’adversaire. L'heure est à mobiliser le vote de gauche et écologiste.

Tout à l’heure, j’ai croisé par hasard Yohan, un garçon qui me livre un panier de légumes bios chaque mercredi. Ça a été très fugitif. Il m’a seulement dit « Lâche prise ». Tu as raison Yohan. Je vais faire un peu de musique ce week-end, me charger en ondes positives, et me rappeler les gens biens que je connais partout, en particulier certainEs militantEs que j’ai forcément moins vus ces derniers temps.

L’écologie, ce n’est pas la surenchère, c’est la sobriété et l’efficacité (intervention au meeting de Pierre Cohen le 20-03-14.

(Question : Philippe Goirand, vous étiez en 2008 candidat au nom des écologistes, au-jourd’hui vous êtes toujours au coté de Pierre Cohen et j’imagine toujours écologiste ?)


Pas de changements, donc…
Je pourrais vous parler de mon rapport à la croissance (compliqué), de mon alimentation (bio), de mes déplacements (à vélo)…

Mais l’important si on est écologiste, c’est surtout de concrétiser ces idées. Et de ce point de vue, je ne me suis jamais autant senti écolo que dans la majorité municipale. Et en termes de concrétisation, multiplier le nombre de cycliste par 2 en 6 ans, ce n’est pas rien !

Si je suis avec vous, c’est que ce bilan, nous le partageons ensemble avec Pierre Cohen.


Et nous partageons un projet :
- 120 km de sites protégés pour les transports collectifs, 200 km de voies cyclables ;
- Continuer la piétonisation, faire émerger des éco-quartiers ;
- Encore plus de bio dans les cantines et dans les repas que nous allons distribuer ;
- Développement des jardins partagés ;
- Réhabilitation thermique de 2000 logements par an…

L’écologie, ce n’est pas un cours de morale, c’est un travail de conviction, d’écoute, de compromis.
L’écologie, ce n’est pas la surenchère, c’est la sobriété et l’efficacité.
L’écologie, c’est le vivre ensemble au présent et au futur.

A vous de me dire si je suis écologiste.
Mais ce dont je suis sûr, c’est que notre projet est écologiste.


mercredi 19 mars 2014

Croissance, décroissance ou entre les deux ?

Peut-être n'est-il plus nécessaire de se poser la question puisque de toutes façons, la croissance s'arrête (du moins dans les pays "développés") et c'est tant mieux pour notre planète et nos ressources. Ayant repris des études pour préparer les concours administratifs, j'ai d'ailleurs eu un échange "contradictoire" avec un prof d'économie, qui, comme la plupart de ses collègues, a intégré la croissance dans son dogme. Il cherche juste à l'améliorer en travaillant à évaluer tout ce qui peut l'être pour que la croissance intègre plus facilement des indicateurs de développement humain ou environnemental.

Mais difficile de discuter sur le fait que parler croissance, c'est forcément parler d'expansion dans un monde fini en ressources énergétiques, donc de prédation et d'exploitation d'une partie de la population par rapport à une autre, donc de vision intégrant l'injustice et la violence. J'ai adhéré à Nouvelle Donne parce que ce nouveau parti part du postulat de la fin de la croissance et cherche à développer des propositions réalistes pour plus d'emplois, de partage, d'écologie...

Ça ne me pose d'ailleurs pas de problème d'être sur la liste Pierre Cohen 2014 avec de nombreux socialistes, communistes... parce que nous sommes sur un enjeu local de vivre ensemble, de transport, de logement, d'éducation... qui dépasse ce débat de la croissance. Et l'échange avec des militants du PS et même du PC (des jeunes militants) m'a montré que la question d'une croissance "infinie" dans un monde fini les interpelait...

Reconnaissons aussi que jusqu'à présent, les écologistes ont autant "séché" que les autres pour développer l'emploi. On ne résoudra pas tout avec la rénovation thermique des bâtiments et l'économie sociale et solidaire... C'est donc une réflexion partagée par tous qui doit nous amener à diversifier toutes  les possibilités de création d'emplois et sur le sujet, les propositions de la liste conduite par Pierre Cohen me semblent couvrir le champ le plus large : http://www.pierrecohen2014.fr/nos-engagements/lapuissance-publique-impulse-federe-protege/le-défi-de-l’emploi-et-du-développement .

lundi 17 mars 2014

Projets Vélo d'EELV : inefficaces

La pollution aux particules fines de ces derniers jours nous conforte dans le choix de développer toutes les alternatives possibles à la voiture individuelle et prioritairement un maillage de transports collectifs et de voies cyclables dans toute l’agglomération.

Avec Pierre Cohen, nous voulons vraiment améliorer le quotidien des cyclistes avec :
- 200 km de nouvelles voies cyclables dont au moins 3 Réseaux Express Vélo,
- de vastes zones 30 avec une méthode en 3 temps et de la concertation pour les réaliser,
- un programme "Marche et vélo vers les écoles et les facs",
- encore plus de stationnements et de services vélo, avec des parcours Santé et une stratégie de valorisation de la ville pour les cyclotouristes,
- une gouvernance améliorée grâce à un observatoire des mobilités actives partagé avec les associations, pour suivre l'avancement du plan Vélo, établir des indicateurs et des priorités d'action.

Mais dans leur joli tract distribué à la manifestation de Deux Pieds Deux Roues, EELV (Toulouse VertDemain) se trompe de propositions (la réforme du code de la rue et l’indemnité kilométrique sont des questions nationales) ou ne dit que des généralités. Ils veulent aussi geler le développement des VéloToulouse d'ici 2022 ou encore étudier la couverture d'une partie de la rocade (coût équivalent à 10 ans de politique Vélo).

Les Toulousains ont besoin d’élus investis sur ces sujets, pas de sympathiques rêveurs (un Réseau Express Vélo s'écrit REV et pas REVE comme dans le tract EELV…). Mon vélo vote écolo ? Les cyclistes devraient voter pour la liste Cohen dès le 23 mars.


mobilité active à Toulouse (vélo, piéton)
La mobilité active (vélo, piéton...) avance à Toulouse depuis 6 ans (doublement du nombre de cyclistes).

samedi 15 mars 2014

Mon vélo vote EELV, mais les cyclistes ont intérêt à voter Cohen.

Attristé par le tract que je viens de trouver accroché à des vélos ce soir "mon vélo vote écolo". J'avais déjà remarqué la créativité des Verts/EELV en matière de démocratie, avec des résultats souvent originaux. De là à vouloir faire voter les vélos...

Mais après tout, je suis écolo et sur la liste Cohen. Et les cyclistes trouveront d'abord des réponses concrètes dans notre projet.

EELV essaie surtout de se distinguer par des propositions hors sol. Je lis :
- "indemniser les trajets domicile-travail". Oui, bien sûr, mais c'est une question nationale, qui a d'ailleurs fait l'objet d'une avancée dans le Plan d'Action pour les Mobilités Actives récemment présenté par le ministre Frédéric Cuvillier (possibilité donnée aux entreprise d'expérimenter  cette mesure). Ca n'a rien à faire dans un programme municipal...
- "réformer le code de la rue en faveur des cyclistes". Le code la rue, c'est une évolution du code la route qui favorise les mobilités actives (évolution des zones 30,  double-sens cyclable, zones de rencontre, tourne-à-droite autorisé au feu rouge pour les cyclistes...). C'est donc là aussi une question nationale et pas municipale. Et quand on dit "Réformer...", "Partager l'espace public" et "Développer les zones 30"...etc, ce sont des généralités qui sous-entendent que ce n'est pas ce que nous proposons. Alors que nous avons déjà réalisé dans ce mandat 250 km de rues apaisées et 125 km de double-sens cyclables en plus de 123 km de voies cyclables... et que nous allons amplifier le mouvement, maintenant que le message du partage de l'espace public est bien compris par les Toulousains.
Un REV à Copenhague, parfaitement sécurisé parce que séparé de la circulation automobile par des ponts ou tunnels.

La palme revient à leurs projets de "REVES". Il s'agit en fait de REV (Réseaux Express Vélo), concept de voies cyclables améliorées pour rendre les trajets plus efficaces, sécurisés et agréables. Ces types de voies existent déjà dans le nord de l'Europe. Nous aussi prévoyons d'aménager au moins 3 axes en REV dont un circulaire.
Malheureusement, une faute de frappe dans le programme EELV en a fait des REVES. Joli. Du coup, ils ont ensuite voulu proposer une nouvelle définition (Réseau Vélo Express Sécurisé) alors que la sécurité est déjà un point essentiel de ce que doit être un REV. Un peu fumeux, tout ça...

Quand je regarde les réponses d'EELV aux questions posées par l'association Deux Pieds Deux Roues, je m'interroge sur leur volonté de ne pas développer les VélOToulouse dans les quartiers non équipés (alors qu'un déplacement en VélOToulouse est moins cher pour la collectivité qu'un déplacement en transport collectif), je m'interroge aussi sur leur accord pour étudier la couverture d'une partie de la rocade pour créer des cheminements doux. Très belle idée, que les associatifs ont raison de proposer pour médiatiser la cause !  Mais à 150 M € au minimum, soit autant que 10 ans de politique vélo à l'échelle de la grande agglomération, ce n'est pas responsable d'y répondre favorablement ! A EELV, la vie, c'est simple et beau comme un vase clôt…

Alors, pensons d'abord aux cyclistes, encore plus à celles et ceux qui pourraient ou voudraient faire leur trajets quotidiens à vélo et n'ont pas encore franchi le pas. C'est ce que je fais depuis 6 ans et que j'espère continuer à faire dans le prochain mandat avec Pierre Cohen.